Dans la peau d'un ours

Publié le par mahmoud hamel


Sur l'épaisse banquise
malingre, je traîne ma carcasse
Cette année l 'hiver est si rude
qu'il faudra bien des mois avant que ne fondent  les glaces

Je dois pourtant assurer ma subsistance
dans ce blanc et immense espace
et garder la foi et vivre d'espérance
moi le dernier survivant de ma race

Je ne sais si je perds la raison
car voila que de hautes herbes la banquise est jonchée
 peut être ne sont elles qu 'illusions
nées de mon esprit tourmenté 

Publié dans poéme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

quentin 16/02/2009 12:03

bonjour c quentin g bien aimé c poème ils son bien et maran et ils font révé